Le vent des roseaux

Added 16/1/2016

 

Le vent des roseaux

 

Ô vent des roseaux, charmant troubadour

Toi qui me souffle à l’oreille des frissons de soleil

Tu caresses de tes lèvres, mes berges blanches

Y déposant des effluves de baisers de menthes sauvages.

La cime de mes ivresses irradiée au gré de mes rêveries

Se brûle les ailes sous tes airs émouvant de juillet.

L’été qui batifole en ton feuillage rêve d’accords

S’abreuvant au doux nectar de rosée matinale.

 

Ô comme j’aime ce souffle chaud des rivages.

Ses mots portés à l’encrier des ciels bleus.

Ses vagues de brises qui viennent apaiser

Toutes les ombres cachées des rivières d’or.

J’aime quand tu me parles emportant ma muse

À l’orée des bois pour fleurir l’écho des lieux

De douceur et de tendresse puis t’endormir

Sur des nids d’oiseaux tout blancs de ma tête.

 

©Janedeau

Tags :
Category : Poésies romantiques | Comments (1) | Write a comment |

Musique d'automne

Added 1/10/2012

 

 

Musique d’automne

 

En ce jour d’automne assailli de goutte de pluie

Le vent qui frappe aux carreaux de ma fenêtre

Écrit des mots de larmes et de mélancolie

Te faisant, au nid de ma pensée, encore renaître.

 

J’ai au fond du cœur des violons d’étoiles.

C’est une musique qui m’emporte en ton ciel.

Le bleu pourpre des rêveries tangue sans voile

Sur la mer enchâssée de ses baisers de miel.

 

Mon encrier remplit de pages d’ivresse

Encre pour toi en douceur des milliers de poèmes.

L’amour n’est plus qu’un océan de tendresse

Où ruisselle dans mon âme que flots de je t’aime.

 

Écoute ce soir, les refrains du vent qui pleurent

C’est l’automne qui fredonne pour nous sa chanson

Entends-tu gémir mon cœur qui se meurent

Sous la moisson de notre amour rejeté sans raison.

 

©Janedeau

 

Category : Poésies romantiques | Comments (0) | Write a comment |

Lorsque tu t'en vas

Added 17/6/2010

http://blogsimages.skynet.be/images_v2/000/053/493/20080115/dyn004_original_500_419_gif_53493_5fd073fe131db87a2ae93e7aceb9ef18.gif

 

Lorsque tu t’en vas

 

Lorsque tu t’en vas s’éteint le ciel

Il plonge dans l’océan de ma détresse

           L’amertume de ses larmes.               

 

Amer, sous mes lèvres tremblantes,

Est bien son vin de l’automne

Mûrit cent fois au soleil chagrin.

 

J’ai oublié je crois, de laisser filer le temps

Aux oubliettes et de peindre ton nom

Sur l’écorce des grands bouleaux blancs.

 

Viendras-tu me rappeler ton ombre

Aux feuillages du souvenir et prendre racine

Encore au fond de mon cœur en mal d’aimer ?

 

Je ne vois plus l’ancre du ciel

Ancrer ton images à mes mirages.

Ni ton bateau ivre au  port de mes rivages.

 

Je ne vois plus son bleu à rêver

Teindre de moutons blancs

L’errance de mes pensées.

 

Où es-tu donc mon roi soleil ?

À genoux, les paumes tendues

Je cris vers toi mais tu ne m’entends pas.

 

Ô mais qu’il est lourd en mon cœur

Ce fardeau de rêve portant ton nom

Marquant en mon coeur ton absence.

 

©Janedeau

 

http://osee2.unblog.fr/files/2009/01/o9.gif

 

Category : Poésies romantiques | Comments (2) | Write a comment |

| Contact author |