♥Quand viendras-tu...♥

Added 17/3/2009

femmepont

 

Quand viendras-tu…

 

Poétesse aux rives d'or que je suis je t'attends au détour du plus beau des rêves..... Mais quand viendras-tu réveiller le soleil de mes berges banches.... adoucir les automnes qui ruissellent sur mes joues….

 

Chaque jour que passe les heures, le temps qui effeuille les pages de notre amour  marque ses sillons sur mon visage. Mes longs cheveux en prennent la teinte de ses lourds matin de grisaille. On dit même qu’en ces temps là, naît la sagesse… mais moi je me demande si ce n’est pas plutôt ton absence qui a fait vieillir mon cœur…

 

Et pour oublier mon mal , je m’enfonce dans ce taillis de rêves, sur cette mousse divine où je me laisse prendre au doux reflet de ton ombre . Comme sont belles ses lierres qui nous enchâssent à elles,  ses herbes hautes qui abritent nos élans de tendresse.

 

Poétesse aux rives d’or que je suis je colore de bleu ce ciel qui est nôtre attendant enfin l’été aux bras de ton amour.  J’écris et j’écris encore et encore pour ne pas me perdre aux nuées de tes errances….

 

©Janedeau    (Du recueil : La moisson des rêves)

 

barrebronze

 

Category : Prose | Comments (8) | Write a comment |

Je suis....

Added 29/12/2008

PROSE

 

 

 

Qui suis-je…

 

Que suis-je donc en tes mains?...  Feuillet de brume qui s’habille du soleil de ta raison?  Où rêve de vague portant en tes yeux, tout l’océan de notre amour...  Oui tu te demandes qui je suis… Où est-ce que j’habite.  D’où me vient ces mots du silence que seul ton vent de France entend et emporte comme si ce n’était qu’un chant fait que pour aimer…. Oui tu te demandes… Et que puis-je bien te dire ou t’écrire en ce soir des rêves doux qui murmure les je t’aime…

 

Sinon que je viens de l’onde de ces bateaux ivres qui voguent  sur ton cœur.  Que d’entre tous, je porte ton nom de graver en lettre d’or tout au fond de ma mémoire.  Qu’en ces flots de murmure, je ne sais que faire naufrage sur tes berges blanches, qu’aborder au seuil de tes lèvres. Car tu sais, je ne suis que le vent de tes désirs, qu’un frisson de délire qui te prend à son abordage au quai de mes rêves…

Je suis comme ce vent que tu habilles des rêves, ce vent que tu humes et que tu embrasses.  Ce vent qui traîne sous nos ongles, des meutes de délires….

Je suis comme ses rouleaux du ciel qui façonne en rivières bleues tes ivresses de vivre, qui emportent dans les rêves, tes errances, qui nous lie et nous enchâssent d’en ses même brumes….Je suis ce silence de l’écho qui te répond et boit en tes lèvres, tes souffles un peu courts…  d’en ces soupirs des ombres d’où  je te regarde et te contemple, j’y fais naître en toi ses délires d’habiller le vent de tes désirs…

 

Je suis ces feuillets de lune effeuillant insondablement  les rêves, pour t’écrire les mots juste pour que tu m’aimes.  Pour que ta plume s’encre au même bleu de mon ciel d’ivresse.  Pour que parmi toutes les femmes de la terre, je sois celle dont les yeux a le plus beau des sourires et des étoiles aux  chants de lune à fredonner…

 

Je suis cet effluve méditerranéen qui te vient de l’orient, ce soupçon, à fleur de peau, qui se voile sous tes mains, de griseries Je suis fleur du désir et ne porte pour toi que des dentelles de nuit et des rêves plein les bras pour t’en faire la plus belle des gerbes de soleil…. Je suis…   comme ces gouttes de pluie qui abreuvent les rêves et s’endorment au lit de ta vague amoureuse…. chevauchée de cette longue errance qui m’emporte en ta mémoire ouvrir un bal d’amour.

 

 

©Janedeau (Du recueil : Les ruisseaux de l’âme)

Tags :
Category : Prose | Comments (2) | Write a comment |

| Contact author |